Comme chez Cloclo (mais en mieux)

Amis tourangeaux et aussi les autres – qui devraient s’empresser de prendre leur petit baluchon et d’aller en Touraine car il n’y a que ça de vrai – , une nouvelle adresse culinaire vient de se faire sa place sur le blog.

 

Cuisine et Gourmandises, le rendez-vous pétillant de Tours

En arpentant le centre ville, prenez donc la rue Colbert (un quartier très chouette) et vous tomberez sur Cuisine et Gourmandises. Derrière ce sobriquet simple et discret se cache pourtant un univers acidulé, pétulant et même explosif qui en met pleins les mirettes aux passants.

Cette bonne petite table, qui fait office de salon de thé/tarterie/place to be pour le brunch est effectivement lovée dans un cadre 70’s à tomber. On ne parle pas d’influences vintage saupoudrées de-ci de-là, oh non ! Mais bel et bien d’une véritable épopée spatio-temporelle qui vous donnera droit à votre propre 70’s show.

 

cuisine et gourmandises

bistro kitsch

 (Le flou aussi c’est rétro, non ?)

Pop & Kitsch au menu

Meubles en forniqua, tapisseries psychédéliques, mugs à fleurs, nécessaires en pyrex et téléphone affublé de fourrure s’offrent à nous dans un flamboyant bouquet orangé, le tout parfaitement coordonné. Le style est tellement plaisant qu’on ressort du restaurant persuadé qu’avoir le portrait en broderie de Claude François dans son salon est le comble de la classe et de l’avant-garde.

 

tableau claude françois

 

Ravis par cet univers aussi enjoué qu’atypique, on ne peut qu’appréhender le repas qui nous attend de façon positive. Mais les victuailles qui nous sont servies n’ont nul besoin d’encouragements, elles séduisent petits et grands dès le premier coup de fourchette et sans chichis. Cuisine et gourmandises propose des recettes simples… mais pas tant que ça ! Burgers, tartines, tartes et petites cocottes sont ré-inventés à chaque fois avec une pointe d’originalité qui sait faire saliver et donne envie d’en redemander.

Pour ma part, j’ai opté pour le burger justement, aussi frais que gourmand et qui s’est classé directement dans mon top 3 grâce son pain moelleux, à ses fines tranches de magret et à ses morceaux de fromage fondants bien goûtus, comme on les aime. Et que dire de ce smoothie servi en dessert, qui a allié à merveilles l’acidité des fruits rouges à l’onctuosité d’une crème fouettée ? Tout, TOUT vous dis-je, y est sujet à délectation.

salon de thé tours

Les petits amuse-bouches de bienvenus, très appréciés

burger tours

Le délicieux burger et le kir Vouvray qui va bien

smoothie fruits rouges

restaurant 70's

 

Cuisine et gourmandises est l’adresse idéale pour ceux qui :

  • sont fans de culture pop et vintage,
  • aiment se remplir la panse sans scrupule,
  • ne jurent que par les produits frais et le fait-maison,
  • adulent les échoppes atypiques,
  • ont rendez-vous avec quelqu’un à qui ils n’ont rien à dire (le sujet déco s’imposera de lui-même et comblera les blancs gênants).

 

 

Alors allez-y donc, c’est au 126 rue Colbert et les propriétaires sont super sympas (après le 26 août par contre, car jusqu’à cette date, c’est congés annuels)

Poster un commentaire

Classé dans Papilles

Dans l’atelier d’Yves

Il y a quelques mois, j’ai eu l’occasion de me rendre à Paris pour une folle semaine d’expos. Parmi celles qui étaient au programme, Yves Saint Laurent 1971 la collection du scandale. Une rétrospective complète et inédite, comme on a rarement l’occasion de voir.

exposition yves saint laurent

Visite de l’atelier d’Yves Saint Laurent

Déjà que de savoir que j’allais voir de mes propres yeux des créations uniques et vintage d’Yves Saint Laurent m’a propulsée au bord de l’hystérie, apprendre qu’en plus de tout cela j’allais aussi avoir le privilège de découvrir son atelier de couture privé m’a permis de faire connaissance avec les limites de ma santé mentale.

L’exposition se déroulait à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, société ayant pour objectif de perpétuer l’œuvre du grand couturier ainsi que l’empire bâti par son compagnon d’alors, Pierre Bergé. L’institution est aujourd’hui hébergée au sein du bâtiment qui accueillait autrefois le siège de la création de la maison. Autant dire que pénétrer dans ce lieu, c’est un peu comme s’offrir un voyage fabuleux dans les coulisses de la mode d’antan et voler un morceau d’exception auquel nous n’aurions normalement jamais eu droit.

Revenons-en à la découverte de l’atelier, qui s’est déroulée juste avant la visite de l’exposition. Ce fut tout simplement magique ! Après avoir déambulé dans des couloirs somptueux au doux parfum de cire, où nous avons croisé un personnel à l’air affairé et au style impeccable, nous sommes arrivés dans les anciens bureaux d’Yves. Tout y a été laissé dans son jus ou presque : les crayons pour dessiner posés sur le pupitre, les livres disposés par centaines sur des étagères pour trouver l’inspiration, les grands miroirs en bout de salle pour les essayages et parfaire les ajustements… Ceux qui ont vu le film Yves Saint Laurent réalisé par Jalil Lespert auront un aperçu très précis de la pièce, car il faut savoir que le long-métrage a été tourné dans les locaux de la fondation et donc dans ce même atelier. Seules les quelques précautions prises pour ne pas abîmer les tenues vintage exposées ainsi que les documents présentés spécialement à l’attention des visiteurs rappellent que le temps a passé, et que ce temple de la création est aujourd’hui devenu le vestige d’une certaine époque.

yves saint laurent vintage

création mode

atelier yves saint laurent

collection yves saint laurent

Après avoir dévoré des yeux les tenues qui étaient offertes à nos regards et avoir pris connaissance des croquis du styliste et de ses planches d’inspirations, nous avons pris la direction des anciens salons d’essayage des clientes les plus privilégiées de la maison. Le parquet, les moulures, les rideaux verts brodés ou encore les immenses miroirs à dorures laissent deviner l’atmosphère feutrée et intimiste de ces séances de shopping ultra-confidentielles. Pour petit rappel, les gentes dames se rendaient naguère au salon pour découvrir les nouvelles pièces imaginées par Yves, les passer, se les faire ajuster et choisir celles qui leur convenaient le mieux, aiguillées par les recommandations d’une conseillère attitrée et conduites par l’un des préceptes du designer : on ne peut se montrer en société qu’une seule fois avec la même robe, sinon c’est tacky.

Ce morceau de la visite a été tout simplement magique et il m’aurait été difficile de quitter ces lieux inoubliables si ce n’était pour découvrir la collection d’Yves Saint Laurent, datant de 1971.

Yves Saint Laurent 1971, la collection du scandale

yves saint laurent 1971

Malheureusement pour moi, il était impossible de prendre la moindre photo durant la visite afin de préserver au maximum les modèles exposés (chose bien compréhensible).

Visionnaire réputé pour briser les codes afin de mieux ré-inventer la mode, Yves Saint Laurent a souvent surpris son public, désarçonnant parfois les critiques par son audace et allant même jusqu’à être décrié.

Ainsi, lorsque le jeune Yves présenta en 1971 une collection inspirée des années 40, décennie marquée par la seconde guerre mondiale, la presse spécialisée cria au scandale. Celle-ci n’appréciait pas les silhouettes rétro dessinées par le styliste et trouvait cette orientation de mauvais goût. Précisons que durant cette période délicate, la mode n’était certainement pas laissée de côté mais nécessitait de faire appel à des trésors d’imagination, faute de matériaux et de moyens. Chaussures à larges plateaux, coiffes réalisées à l’aide de linges de maison et tenues confectionnées à partir de tissus de récupération étaient autant d’éléments répandus pour sublimer les toilettes des dames.

yves saint laurent critiques

Le temps a cependant fini par donner raison au génie du couturier, saluant son aura futuriste. C’est aujourd’hui avec émerveillement que l’on a pu retrouver quelques-unes des pièces phares de sa collection, à l’image du fameux manteau de fourrure verte. Robes courtes et shorts, ensembles, talons hauts à plateformes colorées et vestes à épaulettes proéminentes et à cols développés ont constitué les points marquants de la ligne, donnant la réplique à des jupons fluides et à des cols lavallière.

tailleur yves saint laurent

mode années 40

mode 70's

Au gré des modèles exposés, de croquis, d’articles de presse et de reportages, il était impossible de ne pas remarquer la multitude de motifs déclinés comme les étoiles, les pois, les losanges ou encore les bouches brodées de sequins. Le fameux smoking YSL était lui aussi évoqué, détourné dans l’esprit 40’s.

robe bouche yves saint laurent

Riche et complète, cette exposition a cependant le petit défaut de nous laisser sur notre fin. Non pas qu’elle ne soit pas assez fournie, mais revenir à la réalité après avoir connu une telle immersion dans l’univers d’Yves Saint Laurent est une alternative qui s’avère des plus déplaisantes. Pour ma part, j’aurais préféré enchaîner sur une nouvelle collection pour toujours plus de tenues féériques.

L’exposition Yves Saint Laurent 1971, la collection du scandale s’est déroulée jusqu’au 19 juillet dernier et a été mise en scène par le commissaire Olivier Saillard et la scénographe Nathalie Crinière.

Poster un commentaire

Classé dans Mode