Archives de Catégorie: Book Store

Claudine est une sacrée polissonne

Récemment, je me suis plongée dans un livre qui m’a littéralement en-chan-tée, alors que je l’avais choisi au départ pour ajouter un classique à ma liste de lecture. L’ouvrage en question, c’est Claudine à l’école, signé par la talentueuse Colette.

Claudine à l’école est un livre qui a été publié en 1900. Malgré son centenaire passé, il est encore on ne peut plus populaire, notamment grâce à son personnage principal Claudine, et surtout au fameux col à larges bords dont elle est affublée sur les couvertures des romans, toujours au cœur des tendances. A dire vrai, c’est aussi un peu pour ça que je l’ai choisi.

 

claudine à l'école

 

Claudine à l’école de Colette

Ce que l’on connaît principalement de Claudine à l’école, premier volume d’une série de cinq livres, ne représente qu’une infime partie de l’œuvre. Ainsi, sa lecture m’a menée de surprises en surprises, me ravissant un peu plus à chaque page.

L’intrigue se déroule à la fin du XIXème siècle, dans un petit village de Bourgogne. La protagoniste est bien sûr Claudine, une jeune fille de 15 ans qui se rend encore à l’école communale pour préparer son certificat d’études. Intrépide, impertinente, volubile et dotée d’un esprit finement avisé, elle prend l’école pour une vaste cour de récréation où l’on s’adonne à un seul et unique jeu : celui de l’amour et du hasard. Parce qu’il s’en passe des choses dans cette école de campagne !

L’environnement géographique, l’âge des personnages ou encore l’époque à laquelle se déroule l’intrigue pourraient nous faire penser que c’est une sage historiette qui va nous être contée. Grand dieu, non ! Je ne peux pas dire grand chose sans gâcher la surprise de la lecture, mais sachez que les écolières, appelées « petites mignonnes » par Claudine, ont plus d’un tour dans leurs cartables. Les maîtresses elles-mêmes ne sont pas en reste. Alors qu’elles essayent de s’attacher à représenter l’autorité, elles se retrouvent au cœur des cancans les plus croustillants, escortées du docteur/député communal (un sacré filou, si vous me demandez).

Et que dire de notre amie Claudine, rebelle et impétueuse, qui s’amuse follement de toute cette comédie humaine ? Certes, je ne suis pas certaine que j’aurais apprécié partager mon pupitre avec elle. Mais comme héroïne de roman, elle est tout bonnement délicieuse !

 

colette claudine

 

Colette, entre friponnerie et rafraîchissement

Outre l’histoire, ce qu’il y a de plus plaisant dans ce livre est son style, que l’on doit au génie de Colette. Celui-ci est tout à fait à l’image de notre héroïne favorite : dynamique, fleuri, à fort caractère et plaisant en tout point ! Il a le charme désuet du début du XXème siècle, l’humour et l’insolence de son auteur et surprise ! il est aussi extrèmement moderne. On trouve dedans des anglicismes ou encore des expressions qui sont « in » aujourd’hui, le genre de mots que nos propres parents ne maîtrisent pas de façon très sûre.

Les écrits de Colette, c’est un petit régal. Un vrai croissant frais dégusté dehors par une belle matinée de printemps, quand la rosée est encore là.

 

La femme de lettres Colette

Pas encore convaincus de dévorer Claudine à l’école ? Sachez que Colette est l’un des auteurs les plus reconnus de sa génération. Elle en a épaté plus d’un par son audace et son style reconnaissable entre 1 000, n’hésitant pas à bousculer les idées reçues et à s’imposer dans un univers encore trop masculin. Son œuvre a été récompensée à de nombreuses reprises. Pour exemples :

  • L’écrivaine est considérée comme la précurseur du genre de l’autofiction.
  • Son âme fantasque ne se nourrissait pas que d’écriture. Colette a également été mime et a été la vedette de revues de cabaret à très forte polémique. Elle s’est aussi livrée à de nombreux portraits photographiques afin d’alimenter sa popularité.
  • L’auteur a rejoint l’Académie Goncourt en 1945. Elle fut d’ailleurs la première femme à devenir présidente de l’institution en 1949.
  • A sa mort, elle a été a première femme à avoir reçu de l’État des obsèques nationales.

 

colette ecrivain

 

Claudine à l’école, un livre qui se boit comme du petit lait.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Book Store

Chi le Chat

Il y a quelques temps, on me faisait découvrir les aventures de Chi le Chat. Une histoire sous forme de mangas déclinés en plusieurs tomes, ayant pour protagoniste (suspens, suspens) un CHAT, et oui messieurs-dames.

;

chi une vie de chat

;

Je recommande vivement cette lecture à tous les amoureux des chats. Non pas ceux qui apprécient l’allure majestueuse du félin, sa fourrure chatoyante ou encore qui trouvent leur petite frimousse trop mignonne, mais les érudits. Ceux qui savent et qui affectionnent les chats pour ce qu’ils sont vraiment : des créatures bipolaires. Des êtres à l’égo tellement surdimensionné qu’il ferait pâlir celui de Narcisse himself. Des bêtes toujours en quête d’une mission abracadabrante à accomplir dans l’objectif de désarçonner leur propriétaire.

;

 

chi le chat

Chi’s evil twin

;

A l’inverse des Garfield et Simon’s cat que nous connaissons bien, Konami Kanata, l’auteur et dessinatrice des aventures de Chi le chat, nous offre un angle assez différent de celui que l’on retrouve généralement dans les œuvres consacrées à ces félins psychotiques. Notre mangaka japonaise aborde la vie du petit chaton de son point de vue à lui. On fait la connaissance de cette mini boule de poils bien trop mignonne pour ne pas craquer lorsqu’elle n’est encore qu’un bébé chat. Chi perd ensuite son chemin et est recueillie par une famille sympathique, qui voit très vite ses illusions de chat-peluche s’envoler au profit de la réalité, soit le chat-foin (selon L’internaute, chafoin = sournois/patelin).

;

chi cat

Chi la dingue

;

Cela dit, bien que le ressenti de la famille de Chi soit aussi évoqué, c’est l’opinion du chat qui est mise en avant. On observe le monde à travers ses yeux de petit chaton et c’est bien trop mignon. Très souvent drôle, parfois touchant mais jamais mièvre, les aventures de Chi le Chat se dévorent d’un bout à l’autre.

Certes je n’en suis qu’au premier tome, mais j’ai pour objectif de ne pas m’arrêter en si bon chemin. Plutôt bon signe pour une saga de 10 volumes !

;

chi manga

Super Chiiiii !

;

;

Le saviez-vous ? Ceux qui comme moi prononcent Chi avec un « Ch » comme « chat » (évidemment) se fourvoient complètement. Cela se dit « Qi » , un mot qui illustre une forme d’énergie spirituelle qui conduit la vie et et l’univers dans les cultures chinoises et/ou japonaises. Un nom prometteur et fort auguste pour un chachat.

Poster un commentaire

Classé dans Book Store