Archives mensuelles : août 2013

Is he ?

Attention, spoiiiiil ! Toute personne n’ayant pas encore vu l’épisode 12 de la saison 4 de Pretty Little Liars « Now you see me, now you don’t » ferait mieux de rebrousser chemin, car je vais dévoiler la fin d’ici quelques lignes (je vous conseille tout de même de revenir une fois que vous aurez rattrapé votre retard, qu’on en discute).

Enfin, nous avons eu un peu d’action dans cette quatrième saison de Pretty Little Liars ! On s’y attendait, les fins et les milieux de saison sont particulièrement soignés par les scénaristes de la série (tout comme le traditionnel épisode d’Halloween…Le prochain nous promet de s’inscrire dans la même veine !). Mais il faut dire que cette année, les épisodes se trainent et s’éparpillent. A tel point qu’on en vient à être totalement exaspéré quand on se retrouve toujours au statu quo à chaque fois que la 42ème minute sonne le glas de l’intrigue.

;

Spotted : Ezra in Ravenswood

Et bien non, pas cette fois ! Marlène King a décidé de rattraper toutes les fins inutiles de la quatrième saison en nous balançant une grosse bombe en pleine face : Ezra is A ! (enfin, serait…)

;

ezra a team

A ou pas, la casquette c’est au placard Ezra…

;

Une si grosse surprise ? Par forcément. C’est vrai que notre gentil petit Ezra is soooo cute qu’on est à mille lieux de l’imaginer coupable de quelque chose, et encore moins diriger la A-team d’une main d’acier. Pourtant son profil si éloigné du suspect n°1 ne fait-il pas de lui le coupable idéal ? Celui qui surprendrait tout le monde lors de la révélation de son double jeu, comme nous l’avons été mercredi dernier ?

;

Most Wanted : Ezria !

Il ne faut pas oublier une chose : Ezra a l’air innocent mais la production, elle, fait tout son possible pour qu’il paraisse louche. Cela fait plusieurs fois qu’on lui colle un air apocryphe, que des indices nous font douter de sa bonne foie et nous font nous interroger. Moi même, j’étais convaincue il y a encore peu de temps qu’il incarnait la reine de cœur dans le train d’Halloween (me trompant lamentablement, d’ailleurs).

Ne parlons pas de son histoire avec sa dulcinée, Aria ! Des 4 liars, c’est celle que l’on soupçonne le plus de mener une double vie. Sa place dans le générique, sa robe, réplique parfaite de l’affiche de Black Swann, ou encore dernièrement la « 8 ball » lui étant adressée évoquant juste « A ». On pourrait énoncer un bon nombre d’autres indices…sans parler de ses expressions fautives et inquiètes dès qu’on tourne trop autour de la question !

Une chose est sûre, si Ezra est coupable de quelques chose, Aria est au courant et vice versa. En attendant, les scénaristes se donnent beaucoup BEAUCOUP de mal pour que le couple reste insaisissable et continue d’éveiller nos soupçons.

Sont-ils tous les deux impliqués dans cette sombre affaire, tels Bonnie & Clide ou Gatsby & Daisy Buchanan avant eux (tiens tiens…coïncidence ?) ?

Est-ce qu’ils sont vraiment engagés dans cette histoire et que maintenant que nous le savons, nous redonnons à tous les indices une nouvelle signification ?

Il est également possible que l’un essaye de protéger l’autre…

pretty little liars halloween episode season 4

Extrait du prochain épisode, Grave new world.                 Quand on part à la chasse à l’assassin, c’est vrai qu’il vaut mieux prévoir un costume adéquate.

;

Peut-être qu’on nous mène juste en bateau une fois de plus et qu’Ezra ne supporte tout bonnement pas la vue de costumes dégriffés. Pour ma part, il est certain qu’il en sait plus, mais le mystère plane sur quoi !

En attendant le 22 pour le prochain épisode, FAITES-MOI PART DE VOS THEORIES, je les attends avec impatience !

;

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Séries

Mes amis, mes amours et mon coeur qui balance

Hier soir, nous avions droit à la rediffusion du film de Lorainne Levy, Mes amis, mes amours. Sorti en 2008, l’adaptation cinématographique de l’ouvrage de Marc Lévy (étant donc le grand frère de la réalisatrice) a eu le temps de nous devenir familière. Après plusieurs visionnages de l’œuvre, allais-je me laisser tenter une nouvelle fois ?

;

affiche mes amis mes amours

;

Et bien oui ! Pourtant c’est difficile à expliquer car ce film, bien que fort sympathique, émane tout de même partout autour de lui des relents de petites comédies familiales produites par TF1. Celles diffusées le lundi soir, pour soulager le grand public du début de semaine à coup de gags lourds et attendus.

En effet, le synopsis est sans appel : nous n’assisterons pas à de grands états d’âmes, à d’oppressantes remises en question ou encore moins à des scènes haletantes de suspens. On sait comment cela finira : les amoureux s’aimeront et les amis s’amicaleront. L’orchestration du film nous confirme dès le début notre première impression. Des acteurs qui ne jouent pas très bien mais qui veillent à être sympathiques, des dialogues qui peinent à être crédibles et à ne pas paraitre récités…Que dire des petites blagues dont on sent toute l’ossature lors de leur déroulement ? Consensuel, bonjour !

Pourtant la sauce prend tout de même. On a beau être conscient de ne pas assister à un chef d’œuvre, on se retrouve pris dans l’alchimie. On cède, le film a eu raison de notre bon sens. Et pour cause, on a progressivement laissé notre raison de côté (bien qu’elle refasse surface de temps en temps) pour laisser parler nos sentiments. L’ambiance de Mes amis, mes amours, mi London mi Old School, nous charme progressivement. Que ce soit les décors pittoresques ou les costumes un brin surannés, ils gardent notre attention bien focalisée.

Puis vient la musique. Des petits airs de swing viennent donner du peps à l’action et lier le tout. C’est vrai que l’action en question n’est pas des plus relevées. On la survole tranquillement, comme les pages d’un livre qu’on aurait laissé ouvert.

Quand soudain, on comprend : ce film qui n’a rien d’exceptionnel réussi tout de même à se distinguer des autres car justement, il est construit comme un livre. Les décors en carton pâte et les répliques trop littéraires prennent donc un sens : on est dans un roman, peut-être même un conte moderne (car c’est la damoiselle qui vole au secoure du prince. Bien ouèj, Virginie !).

Vincent lindon coince dans l'arbre

Ba Eliot Bouley, qu’est-ce tu fais là ?

ateurs mes amis mes amours

Pascal Elbé :  « Quand je pense que je pourrai être peinard, chez moi avec mon éponge…« 

vincent lindon mes amis mes amours

Mais dîtes-moi, on aurait raté le début du tournage ?

;

;

;

;

;

;

;

;

En conclusion je peux dire que malgré tout ce que je peux lui reprocher (et que j’ai partagé avec vous plus haut), j’aime bien ce film. Probablement car on sent l’amour que la réalisatrice lui a porté. Ce long métrage est le fruit d’un projet qui a séduit et porté toute l’équipe (Vincent Lindon, Pascal Elbé, Virginie Ledoyen ou encore Florence Foresti). Ça c’est quelque chose qu’on ne peut pas lui enlever et au final…qui est contagieux !

Mention spéciale à Virginie Ledoyen pour son style impécable tout au long du film, élégant et si simple à la fois. Chapeau !

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma