Archives mensuelles : mai 2013

Haaaaaaaaaave you met Simon ?

simon's cat

;

Yes ? No ? Simon’s cat, if I want to be quite specific.

Pour les novices en la matière, laissez-moi faire les présentations.

Simon’s cat est le chat le plus supercalifragilisticexpialidocious de la terre. Le plus terrible. The most awesome !

Il est gros, malin, rusé, roublard et en tant que bon chat il ne vit que pour trois choses : manger, dormir, et être le roi du monde (le monde pour un chat équivalant à son territoire de prédilection : sa maison). Si je n’avais pas moi-même un spécimen du genre que je pense être le plus fou et et le plus névrotique, je dirais que cette place de choix revient à Simon’s cat, incontestablement !

Voyez plutôt :

simon's cat storiesbetises simon's cat

;

;

Revenons-en à la bête ! Simon Tofield, the genius, a créé ce chat complètement follingue en 2008. Au départ il s’agissait de petits films d’animation très courts et très simples – mais néanmoins efficaces – mis en ligne sur Youtube. Le buzz et le succès n’ont pas tardé à suivre. L’engouement du public a précédé les vidéos qui suivirent.

En 2009, Simon’s cat passe à la vitesse supérieure : un premier album est publié sur les tribulations de sa petite vie de chat. A ce jour, 4 ouvrages sont disponibles :

  • Simon’s cat in his own book (Fr : Une calamité de chat)
  • Simon’s cat beyond the fence (Simon’s cat se fait la belle)
  • Simon’s cat and the Kitten Chaos (Simon’s cat et le chaton infernal)
  • Simon’s cat VS the world (Simon’s cat, envers et contre tous).

;

livres simon's cat

;

Simon’s cat, c’est donc l’histoire d’un chat. Mais l’histoire d’un chat finement observée par son maître (soit selon le chat, le manant qui a le privilège de prendre soin de son illustre personne). Chacune des situations narrées sent le vécu à plein nez ! L’auteur nous partage son expérience en images, avec un humour très fin. Bien vu et réaliste, mais par ailleurs complètement décousu : on part d’une situation normale et on arrive au grand n’importe quoi qui fait le talent de l’auteur !

Exemple :  le chat fait son possible pour qu’on le remarque et qu’on le nourrisse

=> le chat prend un micro pour sommer qu’on remplisse son auge !

En d’autres termes, si l’auteur de Simons’ cat était un humoriste et non un dessinateur, il serait Gad Elmaleh*. La relève de Garfield, en déclin depuis bien des années, est brillamment assurée !

;

Vous reprendrez bien un peu de Simon’s cat ?

Happy watching, you little crazy !

* La réciproque est-elle possible ? Probablement pas, Gad Elmaleh déteste les chats…
** Merci à Elodie de Unitedstatesofheart pour les images !

3 Commentaires

Classé dans Book Store

Say I’m a bird

Parfois, on se lance dans le visionnage d’un film sans avoir aucune idée de ce que l’on va trouver. Comme par exemple, lorsqu’on apprécie particulièrement un acteur ou un réalisateur et qu’on dévore sa filmographie sans se poser de questions.

C’est mon cas pour (roulements de tambours et gloussements de pintades)…Ryan Gosling, oui messieurs. Je sais, c’est original.

Ainsi donc, je me suis plongée dans The Notebook, de Nick Cassavetes (Ma vie pour la tienne).

n'oublie jamais.

L’affiche du film, particulièrement niaiseuse.

C’est ainsi qu’en une après-midi, ce qui était seulement l’un des films dans lequel jouait Ryan Gosling et dont l’affiche me faisait horreur (non mais qu’est-ce que c’est que ça…?), est devenu mon deuxième film préféré (après Love Actually). Bim, d’un coup, sans prévenir : j‘ai été émerveillée.

;

  • Quand on y réfléchit :

Pourtant si je reste objective, je reconnais que ce n’est pas le film du siècle. Néanmoins, il regroupe plein de petites choses qui m’ont complètement tourné la tête.

L’histoire se passe dans les années 40, à Seabrook, South America. Déjà, l’univers promet une ambiance délicieusement rétro et agréablement dépaysante. Les minutes passent : la promesse est tenue.

Puis arrivent les acteurs. On passe sur Ryan, parfait comme à son habitude. Pour Rachel McAdams, en revanche, j’avais quelques doutes. Ils se sont dissipés très vite : elle convient au rôle à merveille. Pleine de vie, complètement folle et à la fois trop réfléchie, le paradoxe de son personnage a réussi à m’amadouer. Pourtant ce n’est pas chose facile, car je déteste les filles jolies qui non seulement sont les héroïnes d’un film qui me plait, mais en plus, se tapent celui à qui elles donnent la réplique (yeah, I’m jealous. So what ?!).

Après, il y a la double intrigue. Celle des héros et celle de deux personnes âgées dont l’histoire nous est comptée en parallèle.

ryan gosling rachel mcadams

« I’m a bird »

  • Quand la magie opère :

Pour finir, il y a tout ce qui se passe pendant le film et qui est difficilement explicable. Par exemple la sur-implication que l’on ressent vis-à-vis de l’intrigue. Sûrement à cause du côté passionnel : il n’y a rien de plus prenant que la passion, dans un film comme dans la vie ! Pour moi, c’est ce qui nous meut (ainsi que pour Marcel Proust qui y a consacré les neufs interminables tomes d’À la recherche du temps perdu. Mais passons.).

Et puis il y a le cadre désuet.  Les personnalités attachantes des deux protagonistes, et encore une fois un peu folles. Les tenues toutes plus mignonnes et coquettes d’Allie. L’immense maison familiale construite au bord du lac.  Le suspens…

***

Ce film, c’est comme un petit cocon hors du temps dans lequel on aimerait plonger pour vivre. On y profiterait des choses simples et naturelles mais aussi bassement matérielles. On ferait de la barque, on nourrirait des canards, on mangerait des pancakes, on se mettrait du rouge à lèvres pourpre et on danserait sur du swing. Bref, la vie !

Même si on devait pour cela, renoncer à tous nos principes.

Puisque je ne peux pas avoir la vie d’Allie, je le ferai par procuration en regardant et re-regardant ce film autant que possible. En attendant je vous laisse avec les images de tout ce que j’ai aimé.

the notebook house

The House

The clothes the notebook

The clothes

n'oublie jamais

The Story

A song from the movie.

Le saviez-vous ?
  • Gena Rowlands (qui joue Allie âgée), n’est autre que la mère du réalisateur !
  • C’est Britney Spears qui avait été pressentie en première pour tenir le rôle d’Allie. Club Mickey, bonjour !

2 Commentaires

Classé dans Cinéma