L’histoire imaginaire dont on aurait adoré être le héros (…ou l’héroïne)

Il y a des livres qu’on lit quand on est petit, pour lesquels on craque, et dont on se souviendra toujours. Des livres qu’on commence, curieux de connaître l’histoire, mais sans savoir ce qui nous attend. Les premières pages nous surprennent, nous donnent envie de continuer…et de continuer encore, et encore, et encore, et encore…

Tout compte fait on ne s’arrête plus ! On dévore le livre tant qu’on peut, dès qu’on a un moment de libre, captivé par l’histoire et les personnages. On a beau être petit, on sait déjà reconnaître un ouvrage bien écrit ! Ceux qui nous imprègnent de leur univers et dont la patte personnelle de l’auteur nous semble familière. Ceux qu’on aime tellement qu’on s’imagine sans cesse faire partie de l’histoire. Les coups de foudre littéraires, ça existe aussi pour les petits !

Pour ma part, j’en ai eu plusieurs. A différents âges, j’ai été fan du Petit Nicolas, d’Harry Potter mais aussi de…

Mathilda, de Roald Dahl :

;

Le roman Matilda, de Roal Dahl

Le roman Matilda, de Roal Dahl, 1988

;

C’est l’histoire d’une petite fille sur-intelligente avec un sens de l’observation bien aiguisé. Cette petite, appelée (vous l’aurez deviné) Matilda, vit avec sa famille, mais ne ressemble en rien aux autre membres qui la composent. Alors qu’elle est douée, curieuse, brillante et passionnée par les livres, sa mère est une horrible bimbo passionnée de bingo (wouh ! ça rime), son père un garagiste véreux et dégoutant, et son frère n’est qu’un imbécile, bête, et méchant (toute ressemblance avec Duddley Dursley* se vérifié aisément !).

Un jour, son père se résout enfin à l’envoyer à l’école. Pour Matilda, la grande aventure commence ! Une école pour apprendre pleins de choses, une instit’ sympa, cultivée et passionnée…tout devrait bien se passer. Mais c’était sans compter l’effroyable directrice, Madame Legourdin, et ses pratiques pour le moins horrifiantes…

L’adaptation au cinéma :

;

L'affiche du film

L’affiche du film

;

Il était évident qu’un tel succès, mais surtout un univers si magique et si attrayant, se retrouveraient sur nos écrans. Bien qu’il y ait de nombreuses différences entre le livre et le film, celles-ci ne sont pas dérangeantes. L’ambiance et les personnages sont parfaitement bien retranscrits !

Ambiance bonne enfant…peut-être ! Mais pas que ! Cette histoire est aussi une bonne critique de la société américaine. Critique de la télévision trop avilissante, critique de sa place trop importante dans nos vie, critique de la famille américaine moyenne… Par contraste, l’auteur y fait l’apologie des livres, de la culture, de la solidarité et de la différence. Et oui, Matilda, ce n’est pas qu’une vulgaire comptine pour enfants !

Mes coups de cœur Matilda :

;

Personnage fictif Matilda

« By the time she was four, Matilda had read every magazine in the house »

  • Les pancakes, soooooo yummi, que se fait Matilda (à l’âge de 4 ans, normal), le matin. Ils ont l’air si délicieux !
  • La bibliothèque vintage et accueillante, qui donne envie d’ouvrir tous les livres.
  • La BO du film, hyper entrainante !
  • La salle de classe et Mademoiselle Candy, qui encourage la créativité et l’apprentissage.
  • La grande maison familiale pleine de secrets et emprunte d’histoire, avec des petits coins cachés partout.
  • Les activités inventives et pétillantes de tous les personnages !
film matilda

« This is the cottage from your story« 

.

.

.

.

.

.

.

.

Le saviez-vous ?

  • Dans le film, le portrait du père de Mademoiselle Candy est en réalité un portait de Roald Dahl.
  • Mademoiselle Candy surnommait son père le roi Magnus, tout comme un autre livre de l’auteur : Magnus, super souris.

Pour passer une bonne journée, faire des pancakes et danser le rock dans le salon !

* Matilda comporte beaucoup d’autres points communs avec Harry Potter…héhé.

;

Publicités

1 commentaire

Classé dans Book Store, Cinéma

Une réponse à “L’histoire imaginaire dont on aurait adoré être le héros (…ou l’héroïne)

  1. Ouiii je lisais aussi Mathilda mais je ne m’en souvenais plus. Par contre je me souviens de la sorcière de la rue Mouftar et autres contes qui composaient son livre. Il faudra que je me le retrouve en vide grenier tiens !

Envie de jacasser ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s