Archives mensuelles : février 2013

L’histoire imaginaire dont on aurait adoré être le héros (…ou l’héroïne)

Il y a des livres qu’on lit quand on est petit, pour lesquels on craque, et dont on se souviendra toujours. Des livres qu’on commence, curieux de connaître l’histoire, mais sans savoir ce qui nous attend. Les premières pages nous surprennent, nous donnent envie de continuer…et de continuer encore, et encore, et encore, et encore…

Tout compte fait on ne s’arrête plus ! On dévore le livre tant qu’on peut, dès qu’on a un moment de libre, captivé par l’histoire et les personnages. On a beau être petit, on sait déjà reconnaître un ouvrage bien écrit ! Ceux qui nous imprègnent de leur univers et dont la patte personnelle de l’auteur nous semble familière. Ceux qu’on aime tellement qu’on s’imagine sans cesse faire partie de l’histoire. Les coups de foudre littéraires, ça existe aussi pour les petits !

Pour ma part, j’en ai eu plusieurs. A différents âges, j’ai été fan du Petit Nicolas, d’Harry Potter mais aussi de…

Mathilda, de Roald Dahl :

;

Le roman Matilda, de Roal Dahl

Le roman Matilda, de Roal Dahl, 1988

;

C’est l’histoire d’une petite fille sur-intelligente avec un sens de l’observation bien aiguisé. Cette petite, appelée (vous l’aurez deviné) Matilda, vit avec sa famille, mais ne ressemble en rien aux autre membres qui la composent. Alors qu’elle est douée, curieuse, brillante et passionnée par les livres, sa mère est une horrible bimbo passionnée de bingo (wouh ! ça rime), son père un garagiste véreux et dégoutant, et son frère n’est qu’un imbécile, bête, et méchant (toute ressemblance avec Duddley Dursley* se vérifié aisément !).

Un jour, son père se résout enfin à l’envoyer à l’école. Pour Matilda, la grande aventure commence ! Une école pour apprendre pleins de choses, une instit’ sympa, cultivée et passionnée…tout devrait bien se passer. Mais c’était sans compter l’effroyable directrice, Madame Legourdin, et ses pratiques pour le moins horrifiantes…

L’adaptation au cinéma :

;

L'affiche du film

L’affiche du film

;

Il était évident qu’un tel succès, mais surtout un univers si magique et si attrayant, se retrouveraient sur nos écrans. Bien qu’il y ait de nombreuses différences entre le livre et le film, celles-ci ne sont pas dérangeantes. L’ambiance et les personnages sont parfaitement bien retranscrits !

Ambiance bonne enfant…peut-être ! Mais pas que ! Cette histoire est aussi une bonne critique de la société américaine. Critique de la télévision trop avilissante, critique de sa place trop importante dans nos vie, critique de la famille américaine moyenne… Par contraste, l’auteur y fait l’apologie des livres, de la culture, de la solidarité et de la différence. Et oui, Matilda, ce n’est pas qu’une vulgaire comptine pour enfants !

Mes coups de cœur Matilda :

;

Personnage fictif Matilda

« By the time she was four, Matilda had read every magazine in the house »

  • Les pancakes, soooooo yummi, que se fait Matilda (à l’âge de 4 ans, normal), le matin. Ils ont l’air si délicieux !
  • La bibliothèque vintage et accueillante, qui donne envie d’ouvrir tous les livres.
  • La BO du film, hyper entrainante !
  • La salle de classe et Mademoiselle Candy, qui encourage la créativité et l’apprentissage.
  • La grande maison familiale pleine de secrets et emprunte d’histoire, avec des petits coins cachés partout.
  • Les activités inventives et pétillantes de tous les personnages !
film matilda

« This is the cottage from your story« 

.

.

.

.

.

.

.

.

Le saviez-vous ?

  • Dans le film, le portrait du père de Mademoiselle Candy est en réalité un portait de Roald Dahl.
  • Mademoiselle Candy surnommait son père le roi Magnus, tout comme un autre livre de l’auteur : Magnus, super souris.

Pour passer une bonne journée, faire des pancakes et danser le rock dans le salon !

* Matilda comporte beaucoup d’autres points communs avec Harry Potter…héhé.

;

Publicités

1 commentaire

Classé dans Book Store, Cinéma

Qui sont les gens qui ont raté leur Saint Valentin ?

Jeudi dernier, nous avion droit sur la toile, à une multitude de messages passionnés/mièvres ou dépressifs/colériques concernant la Saint Valentin. Les premiers clamant leur amour sur tous les toits et se réjouissant de l’opportunité de faire surgir le Ted Mosby en eux, les seconds hurlant au scandale qu’il s’agit d’un horrible complot commerciale et que c’est une honte !

(A ceux-là, je tiens à demander : comment faîtes-vous chaque jour, pour dévier TOUTES les stratégies commerciales qui vous entourent et pour rester un être immaculé et pure qui ne se laisse jamais influencer par le monde qui l’entoure…)

Bref. Ce n’est pas le sujet, bien qu’il y aurait à en dire !

Intéressons-nous plutôt à ceux qui avaient bel et bien prévu de passer la saint Valentin avec l’élu(e) de leur cœur, et qui pour X raisons se sont rétamés en toute beauté. On les entendait beaucoup avant le jour J, plus du tout après, heureux d’être restés sous silence depuis jeudi. Hin hin hin…

;

Bad Valentine's day

Bad Valentine’s day ?!

;

Too bad, votre petit secret va être révélé !

Parmi les gens qui ont raté leur Saint Valentin, nous comptons :

  • Celui/Celle qui a voulu faire trop bonne impression, en offrant à sa tendre moitié un cadeau personnalisé…mais qui a confondu avec les goûts de son ex, reconnaissables sans appel.
  • Ceux qui n’ont pas compris les signaux désespérés envoyés par leur tendre moitié. Celle-ci avait beau vous dire que vous ne feriez qu’une soirée entre vous, tranquilles, la bouteille de champagne au frais, le pot de truffe à cuisiner dans le placard et les relevés bancaires de votre magasin favori auraient dû vous mettre la puce à l’oreille ! Oui, vous auriez dû préparer quelque chose !
  • A l’inverse, ceux qui n’avaient pas compris les sarcasmes dans les voix de leur cher(e) et tendre, et prenant les « Pour la Saint Valentin, nous ferons une balade en barque sur le lac tirés par 12 cygnes blancs pendant qu’un harpiste nous jouera une ode« , pour un vrai rendez-vous. Grosse déception, en fait, jeudi c’était Star Academy.
  • Ceux qui ont choisi de mettre les petits plats dans les grands pour la personne qu’ils fréquentent depuis peu. Bonne initiative de leur part…jusqu’à ce qu’ils glissent dans leurs cassolettes sans faire exprès, l’ingrédient auquel cette personne est allergique. Le 14 février aux urgences, un classique !
  • La gente damoiselle qui, pour l’occasion, a sorti une tenue affriolante ornée de fourrure, et s’est heurtée comme seule et unique réponse de son/sa partenaire à la chanson Mon truc en plumes, de Zizi Jeanmaire.
  • Ça marche aussi pour leurs homologues masculins, tentant de séduire leur nouvelle conquête avec un joli petit zliiip, tel le Todd dans Scrubs.

;

Todd, Scrubs

Le Todd, personnage folklorique de la série Scrubs

;

  • Ceux à qui on avait donné rendez-vous à une adresse, et tête en l’air qu’ils sont, se sont rendus à une autre ! Résultat : le poulet a brûlé, la cire de la bougie a coulé sur la table et la tenue de celui/celle qui vous attendait est toute froissée…tout comme son humeur, soit dit en passant.
  • Ceux qui se sont attribués les mérites d’un beau cadeau, alors que celui-ci était un échantillon gratuit. Manque de bol, votre partenaire sur le chemin du retour, a eu le même grâce à une opération de street marketing.

;

cadeau rate saint valentin

« Oh, quelle délicate attention ! »

;

  • Ceux qui ont jugé de bon ton d’offrir à leur moitié un cadeau soit disant bien-être, mais avec un message bien senti : une balance, un rendez-vous chez le coiffeur ou l’esthéticienne.
  • Enfin, les couples pensant passer une excellente Saint Valentin jusqu’à ce qu’un individu nuisible ne la leur gâche ! La meilleure amie qui appelle en larmes car elle est seule, vos voisins qui vous dérangent par une déclaration d’amour trop forte et (bizarrement !) monosyllabique…

…votre chat, jaloux de votre partenaire, qui use de ses plus viles stratagèmes pour le faire déguerpir (ça n’a pas l’air, mais c’est la situation la plus probable de toutes celles énumérées).

;

Je vais te tuer, sale catin (ndlr : I'm going to kill you, bitch)

« Je vais te tuer, sale catin » (ndlr : « I’m going to kill you, bitch ».).

;

A tout ceux-là, ce n’est pas grave, l’important c’est d’avoir essayé ! Et puis au moins, vous avez gagné l’immense mérite de figurer dans ce top 10 !

Pour vous consoler !

2 Commentaires

Classé dans Les inopinés