Le palmarès des lutins 2012

Que cela peut-il bien être ? Rassurez-vous, cet article n’aura pas pour thème ces petites créatures magiques qui aident le père Noël et autres hobbits. C’est bien du 7ème art dont il s’agira ici !

Les lutins du court métrage, c’est un organisme visant à promouvoir (bien évidemment, et comme son nom l’indique) les courts métrages. Trop souvent méconnue du grand public, cette branche du cinéma nous réserve pourtant de petits chefs d’œuvre. Chaque année depuis 1998, les lutins font leur propre sélection et récompensent les meilleurs artistes. Lors d’une nuit presque enchanteresse, les courts-métrages honorés sont présentés dans plusieurs salles des cinémas Gaumont.

Affiche du palmares des Lutins du Court Metrage 2012

Très agréablement surprise par cette soirée, je n’ai pas vu le temps passer lors du visionnage de ces six court-métrages. La projection de ces films drôles, émouvants, frais, un peu décalés mais surtout abordables par tous, nous a permis de passer un moment savoureux et hors du commun. Il me tarde déjà d’être à l’année prochaine.

Les films du palmarès (pour vous mettre l’eau à la bouche) :

  • Chaque jour et demain, pour le lutin du meilleur documentaire : les auteurs du film suivent un sdf parisien dans son quotidien. Poignant de réalité.
  • J’aurais pu être une pute, pour le lutin de la meilleure actrice : dans un grand magasin, une jeune fille fait l’emplette d’un immense sécateur, tombe dans les bras du client précédent, et s’immisce peu à peu dans sa vie. Leurs histoires vont alors se rencontrer, pleines d’humour et d’émotions.
  • Je pourrais être votre grand-mère, le lutin du public : un jeune homme travaillant dans la communication/marketing décide de mettre son talent au profit des sans-abris. Assez troublant, pour ceux qui comme moi, sont plus ou moins dans le milieu de la com’ !
  • Rubika, pour le lutin du meilleur film d’animation : le plus court, mais l’un des plus réussis. Je n’en dis pas plus afin de ne pas dévoiler l’intrigue…
  • L’accordeur, pour les lutins de la meilleure réalisation, de la meilleure photo et du meilleur son : un pianiste déchu reprend goût à la musique en se reconvertissant en accordeur…aveugle. Sa combine marche bien jusqu’à ce que…! Une histoire très originale, mais très dérangeante aussi, dont le dénouement ne peut se deviner.
  • Un monde sans femme, pour les lutins du meilleur film et du meilleur acteur : deux jolies citadines viennent passer leur été sur la côte normande, troublant ainsi le quotidien monotone de quelques habitants mâles. Un court métrage pas si court (50 minutes), mais prenant et très réaliste.
Publicités

4 Commentaires

Classé dans Cinéma

4 réponses à “Le palmarès des lutins 2012

  1. Merci de m’avoir fait découvrir ce palmares que je ne connaissais absolument pas. Ca à l’air génial.

  2. Olympe

    Ça a l’aire bien sympa cet événement. Je ne connaissait pas. C’est à Montpellier je parie? Flûte. Je crois que je connais « l’accordeur » il faut que je vérifie.

  3. A Avignon il va y avoir un Festival de films courts : « Le jour le plus court ». Affaire à suivre…

Envie de jacasser ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s