Libre et assoupi

Les petits amis, si vous cherchez un film à voir qui soit drôle et sympathique, mais qui vous propose dans le même temps une réflexion sur le monde d’aujourd’hui, je vous conseille vivement Libre et assoupi, de Benjamin Guedj.

A la fois comédie plaisante et satire sociale, le long-métrage joue sur deux tableaux, et c’est précisément cet aspect qui avait retenu mon attention. Ça, et le synopsis, plutôt inaccoutumé à l’ère du self-made-man et du « la carrière avant tout, looser ».

 

affiche film libre et assoupi

 

Libre et assoupi, une bien agréable satire

Libre et assoupi, c’est l’histoire de Sébastien (Baptiste Lecaplain), trentenaire bardé de diplômes qui vient d’être chassé de chez ses parents. Oui, ce jeune godelureau a été bouté hors du domicile breton dans l’objectif d’être enfin confronté à la vie active et de trouver un travail. SAUF que, notre ami Sébastien est aussi buté qu’un crabe (tu l’as, la référence ? ), et ce n’est pas un petit coup de pied au séant qui va le faire plier. Notre camarade lymphatique ne veut pas travailler par conviction et entend bien s’en sortir de la sorte.

 

film felix moati

 

Celui-ci atterrit donc à Paris, dans un bel appartement à parquet et à voûtes qu’il partage avec Anna (Charlotte Le Bon), prototype même de la bobo avec pull jacquard, bésicles géantes et pratique du vélib’, ainsi que Bruno (Félix Moati), jeune bourru au cœur tendre et aux idées lumineuses. Il y a aussi Richard (Denis Podalydès), le conseiller RSA qu’on voudrait tous avoir. Tout ce petit monde se croise gentiment, au rythme de la vie quotidienne, d’anecdotes vraiment pétillantes et de fines observations. Jusqu’à ce que…

film baptiste lecaplain

denis podalydes libre et assoupi

 

Bienvenue dans la vie active (non)

De mon point de vue, le pari de ce film est réussi. L’aspect comique et entraînant fait qu’il se laisse regarder et coule tout seul. Mais n’empêche qu’à la fin, malgré ce petit ton léger, on ne peut s’empêcher de se questionner sur nos propres vies (pour les 25/30 ans, le risque de remise en question est multiplié par 10).

Il faut également souligner que l’une des richesses de ce film est de savoir créer de la magie à partir de situations quotidiennes. La musique, les séquences type sketches et les petites interludes décalées ajoutent au long-métrage un charme supplémentaire.

 

 

Comment je sais que Libre et assoupi est un bon film pour moi ? Je regrette de ne pas pouvoir le voir de nouveau avec le sentiment de découverte de la première fois.

 

L’instant bonus :

L’atout majeur de ce film reste cependant les ravissantes tenues preppy. On le mentionnait plus tôt, ses accoutrements sont typiquement parisiens, mêlant le côté old school à l’énergie qui l’habite. Petits carreaux, mailles rétro, rayures et derbies sont au programme de ce lookbook réussi.

 

style preppy

libre et assoupi charlotte le bon

manteau a carreaux

charlotte le bon

style preppy

(On ne voit pas très bien, mais on fait ce qu’on peut).

;

Pour finir, Libre et assoupi est l’unique long-métrage à ce jour, qui donne l’incroyable envie de faire pousser un avocat.

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma

Claudine est une sacrée polissonne

Récemment, je me suis plongée dans un livre qui m’a littéralement en-chan-tée, alors que je l’avais choisi au départ pour ajouter un classique à ma liste de lecture. L’ouvrage en question, c’est Claudine à l’école, signé par la talentueuse Colette.

Claudine à l’école est un livre qui a été publié en 1900. Malgré son centenaire passé, il est encore on ne peut plus populaire, notamment grâce à son personnage principal Claudine, et surtout au fameux col à larges bords dont elle est affublée sur les couvertures des romans, toujours au cœur des tendances. A dire vrai, c’est aussi un peu pour ça que je l’ai choisi.

 

claudine à l'école

 

Claudine à l’école de Colette

Ce que l’on connaît principalement de Claudine à l’école, premier volume d’une série de cinq livres, ne représente qu’une infime partie de l’œuvre. Ainsi, sa lecture m’a menée de surprises en surprises, me ravissant un peu plus à chaque page.

L’intrigue se déroule à la fin du XIXème siècle, dans un petit village de Bourgogne. La protagoniste est bien sûr Claudine, une jeune fille de 15 ans qui se rend encore à l’école communale pour préparer son certificat d’études. Intrépide, impertinente, volubile et dotée d’un esprit finement avisé, elle prend l’école pour une vaste cour de récréation où l’on s’adonne à un seul et unique jeu : celui de l’amour et du hasard. Parce qu’il s’en passe des choses dans cette école de campagne !

L’environnement géographique, l’âge des personnages ou encore l’époque à laquelle se déroule l’intrigue pourraient nous faire penser que c’est une sage historiette qui va nous être contée. Grand dieu, non ! Je ne peux pas dire grand chose sans gâcher la surprise de la lecture, mais sachez que les écolières, appelées « petites mignonnes » par Claudine, ont plus d’un tour dans leurs cartables. Les maîtresses elles-mêmes ne sont pas en reste. Alors qu’elles essayent de s’attacher à représenter l’autorité, elles se retrouvent au cœur des cancans les plus croustillants, escortées du docteur/député communal (un sacré filou, si vous me demandez).

Et que dire de notre amie Claudine, rebelle et impétueuse, qui s’amuse follement de toute cette comédie humaine ? Certes, je ne suis pas certaine que j’aurais apprécié partager mon pupitre avec elle. Mais comme héroïne de roman, elle est tout bonnement délicieuse !

 

colette claudine

 

Colette, entre friponnerie et rafraîchissement

Outre l’histoire, ce qu’il y a de plus plaisant dans ce livre est son style, que l’on doit au génie de Colette. Celui-ci est tout à fait à l’image de notre héroïne favorite : dynamique, fleuri, à fort caractère et plaisant en tout point ! Il a le charme désuet du début du XXème siècle, l’humour et l’insolence de son auteur et surprise ! il est aussi extrèmement moderne. On trouve dedans des anglicismes ou encore des expressions qui sont « in » aujourd’hui, le genre de mots que nos propres parents ne maîtrisent pas de façon très sûre.

Les écrits de Colette, c’est un petit régal. Un vrai croissant frais dégusté dehors par une belle matinée de printemps, quand la rosée est encore là.

 

La femme de lettres Colette

Pas encore convaincus de dévorer Claudine à l’école ? Sachez que Colette est l’un des auteurs les plus reconnus de sa génération. Elle en a épaté plus d’un par son audace et son style reconnaissable entre 1 000, n’hésitant pas à bousculer les idées reçues et à s’imposer dans un univers encore trop masculin. Son œuvre a été récompensée à de nombreuses reprises. Pour exemples :

  • L’écrivaine est considérée comme la précurseur du genre de l’autofiction.
  • Son âme fantasque ne se nourrissait pas que d’écriture. Colette a également été mime et a été la vedette de revues de cabaret à très forte polémique. Elle s’est aussi livrée à de nombreux portraits photographiques afin d’alimenter sa popularité.
  • L’auteur a rejoint l’Académie Goncourt en 1945. Elle fut d’ailleurs la première femme à devenir présidente de l’institution en 1949.
  • A sa mort, elle a été a première femme à avoir reçu de l’État des obsèques nationales.

 

colette ecrivain

 

Claudine à l’école, un livre qui se boit comme du petit lait.

1 commentaire

Classé dans Book Store